Audrey Clemenceau en quelques mots

Audrey, avant d’entrer dans le vif du sujet, parlez-nous de vous? D’où venez-vous, que faites-vous?

Née en région parisienne, je suis moitié ch’ti et moitié angevine. Très rapidement, j’ai eu un coup de cœur pour l’Espagne. À 19 ans, je pars étudier le droit espagnol à Madrid. Après être remontée 2 ans en France pour finir mes études de droit, je décide en 2008 de retourner en Espagne pour m’installer vivre à Barcelone dans le quartier de la Sagrada Familia.
Entrepreneuse à double casquette, j’exerce la profession d’avocate au Barreau de Barcelone et je suis professeure de Biodanza.
Avocate éthique, j’ai l’opportunité en 2014 de monter mon propre cabinet à taille humaine avec mon associée espagnole. Spécialisée dans l’accompagnement juridique des français et francophones en Espagne, mes clients sont des investisseurs immobiliers, des start-ups et PME mais aussi des artistes, auteurs et créateurs.
Danseuse depuis toute petite, je crée ma marque GRAVITY en 2020 pour proposer des ateliers de Biodanza et de bien-être tournés autour du mouvement conscient du corps et de la communication corporelle.

Pourquoi vous impliquer dans la vie politique? Et surtout, pourquoi participer à une élection consulaire?

L’étymologie grecque du mot politique est “polis” qui signifie “cité”. À l’origine, le mot politique signifie donc “qui concerne le citoyen”. Malheureusement, de nos jours, les politiques voient plus leur propre intérêt que ceux des citoyens! Mon implication dans la vie politique a pour but de remettre au centre des débats les femmes et les hommes comme citoyens ainsi que leurs besoins.
Les élections consulaires pour moi répondent donc à cette préoccupation de se rapprocher de mes concitoyens qui vivent dans la 1ère circonscription d’Espagne avec qui je partage, sans aucun doute, des besoins et des inquiétudes.

Pourquoi choisir de rejoindre LIFE pour ces élections?

Lorsque Pascal Bourbon m’a proposé de faire partie de sa liste LIFE, pour moi le mot clef a été “liste indépendante”. Je ne me suis jamais sentie représentée par un parti politique de droite, de gauche ou centriste alors l’idée de représenter simplement des personnes qui partagent les mêmes valeurs que les miennes sans étiquette politique m’a semblée logique et remplie de sens.

LIFE n’est rattachée à aucun parti. Pourquoi souhaiter avoir un conseiller consulaire apolitique?

Mon grand-père ainsi que mon oncle ont été, durant de nombreuses années, élus maires de leurs villages et j’ai été éduquée dans l’idée qu’au niveau local (mairie ou consulat), il est important que les représentants de la population ne soient pas “politisés” car ce qui priment sont les personnes et leurs besoins, indépendamment de leurs idéaux politiques.

Comment imaginez-vous la campagne 2021 en pleine pandémie?

La pandémie a été catastrophique pour beaucoup de personnes et de secteurs mais je pense qu’elle nous a aussi obligé à nous réinventer pour nous surpasser. La campagne 2021 sera presque exclusivement virtuelle et sera donc un grand défi que nous essayerons de relever du mieux possible.

Êtes vous impliquée dans la vie / le tissu social des français de la circonscription? Comment comptez-vous œuvrer pour vos concitoyens?

Je suis aussi impliquée dans la vie sociale des français que dans la vie sociale locale de la circonscription. J’ai donc une vision à 360º des possibilités qui existent pour y vivre, y travailler, s’y développer et s’y épanouir. De part mon métier d’avocate mais aussi ma participation dans les associations locales, j’essaye déjà d’aider du mieux que je peux mes concitoyens afin de leur « décrypter » les différences culturelles qui existent entre la France et l’Espagne.

La liste LIFE veut représenter tous les citoyens français de la circonscription. En quoi êtes-vous un citoyen comme les autres? En quoi représentez-vous les citoyens de la circonscription?

Comme tous les français de la circonscription, j’ai vécu les débuts et la paperasse d’une installation pour y vivre. J’ai également monté mes deux business et peut apporter mon expertise sur des sujets entrepreneuriaux. Je suis famille d’accueil agréée par la Generalitat de Catalunya et peux aussi partager mon expérience auprès de français qui souhaiteraient adopter ou accueillir des enfants chez eux.

Quels sont les sujets qui vous tiennent à cœur et comment compter les défendre?

Pour moi, l’éducation inclusive des générations futures et le développement durable sont des axes qui me tiennent particulièrement à cœur.
Tous les enfants ont droit à une éducation digne et inclusive indépendamment du niveau social duquel ils viennent ou de leurs capacités intellectuelles et physiques.
Prendre soin de nos proches mais aussi de la planète qui nous accueille et des canaux de distribution que nous utilisons au quotidien sont des petits grains de sable qui peuvent changer beaucoup de choses dans les années à venir.

Comment visualisez-vous la vie des français de la circonscription dans celle-ci dans les années à venir ?

Les français ont toujours été une grosse communauté dans la circonscription et je pense que nous serons de plus en plus nombreux dans les prochaines années car il fait bon vivre ici.

Racontez-nous une anecdote sur votre vie à Barcelone? À quel moment avez-vous su qu’elle serait votre ville d’adoption?

Je suis venue m’installer à Barcelone pour 6 mois et ça fait plus de 13 ans que j’y suis et je ne compte pas en partir de si tôt! Après autant d’années expatriée, je suis vue par ma famille d’adoption espagnole comme la “francesita” et par ma famille d’origine française comme “l’espagnole”.
Je me rappelle d’un jour où je rentrais d’un séjour en France et l’avion s’approchait de l’aéroport de Barcelone pour atterrir. J’avais la place près du hublot et s’offrait à moi une splendide vue aérienne de Barcelone allant de l’Hôtel Vela au Port de Badalona en passant par la Sagrada Familia. C’est inexplicable mais à ce moment précis je me suis dit “ya estoy en casa” et depuis lors je considère que Barcelone est vraiment mon chez moi!